Archives de Tag: hitler

Un entretien avec le docteur Pohl #2 : culpabilité ou victimisation?

Pour le Professeur Norbert Frei, le problème de la mémoire allemande du nazisme, et les débats qui peuvent en résulter au sein de la société allemande, viennent du fait que jusqu’à maintenant, celle-ci n’aurait pas réussi à arrêter le « mouvement pendulaire » entre deux extrêmes : celui de la victimisation et le sentiment de culpabilité.

Partagez-vous, dans votre approche de l’Allemagne depuis 1945, ce point de vue?

Encore une fois, c’est effectivement un des éléments d’explication. Bien sûr, durant les années 50, le discours de victimisation prévalait, aucun doute à ce sujet, et il a décru seulement en partie dans les années 60, puis encore dans les années 80, mais je ne pense pas que l’on puisse vraiment l’interpréter comme un véritable mouvement qui irait d’un côté à l’autre … je crois que c’est beaucoup plus complexe. Une chose, qui est très importante, est bien sûr la chute du communisme dans les années 90, qui a rendu les choses beaucoup plus difficiles parce qu’il existait dorénavant plusieurs type de victimisation, différentes opinions sur le stalinisme en tant que régime criminel.

Lire la suite

Publicités

2 Commentaires

Classé dans interview

Un entretien avec le Docteur Pohl #1- La jeunesse actuelle face au nazisme

Comme je l’ai évoqué dans mon précédent billet, j’ai eu la chance d’interviewer l’un des experts présents au procès Demjanjuk, le Docteur Dieter Pohl. C’est encore à l’Institut d’Histoire contemporaine de Munich que je me suis donc rendu, armé seulement de mon magnétophone et de ma liste de questions.

Sur les thème de l’évolution de l’attitude allemande face au souvenir du nazisme, mais aussi des moyens actuels d’y faire face, l’homme a été à la fois clair et savant. Un entretien qu’il nous faudra méditer, digérer sur ce blog, afin d’approcher d’un peu plus près une photographie de l’Allemagne à l’heure du dernier procès nazi. A ce propos, l’unique restriction de cet entretien portait sur le procès lui-même : en tant qu’expert à la cour, il lui était formellement interdit de m’en parler tant que le verdict n’est pas rendu. Un second rendez-vous pourrait s’imposer…

Voici en tous cas la première question de notre entretien, qui en compte une dizaine. Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans interview, procès.

Le temps du bilan d’étape


vue ensoleillée de Munich

Depuis décembre dernier, j’essaie de prendre une photo de la relation de l’Allemagne à son passé. Pour une large part, j’ai publié les interviews sur ce blog, qui a évolué au même rythme que les paroles dont m’ont enrichi les uns et les autres.

Il y a tant à dire. La question de « l’après catastrophe » est inépuisable, tant elle mêle identité, besoin de vérité et détachement. Interroger des jeunes Allemands, comme je l’ai fait à plusieurs moments, mais plus notablement à l’ouverture du blog, était un moyen de commencer l’étude avec une image, une émotion en tête. Celle d’une jeunesse informée mais loin d’être passionnée par le sujet; non pas gênée par mes questions, mais encombrée par un message dont elle est abreuvée depuis longtemps.

Il y a eu ensuite, bien qu’elles aient commencé parallèlement, les interviews d’experts, d’historiens de l’Allemagne contemporaine. Avec un questionnement qui touchait, au départ, simplement à l’histoire de la dénazification, j’ai pu aborder avec Herr Möller (dont le script de l’interview devrait enfin être approuvé avant d’être in extenso sur Le dernier jugement), puis Jean-Paul Bled, le rapport actuel des allemands à la nation. Sans en faire un système, les deux professeurs ont appuyé, chacun à leur manière, sur le fait que les Allemands d’aujourd’hui ont encore les yeux largement rivés sur la période nazie. S’il y a eu une évolution, elle est sans doute dans le fait qu’aujourd’hui l’expérience du nazisme se réduise peu à peu au champ historique, et déborde (un peu) moins sur les autre thèmes : politique, morale, jeunesse …

La conférence du Professeur Frei a introduit l’idée de progression comme quelque chose d’ordonné. Voir la réflexion sur le nazisme comme le fruit d’un affrontement régulier change tout ou presque : cette thèse m’a donné une grille de lecture nouvelle. Le pas suivant serait donc de comprendre à quel stade du balancier les Allemands en sont aujourd’hui, et si mon intuition de départ était, finalement, totalement erronée : le procès Demjanjuk, le tournant du siècle ne seraient pas un moment particulier, seulement une phase nouvelle d’un mouvement pendulaire, entre culpabilité et victimisation. Je ne crois pas pourtant qu’il faille tout réduire à cela, et le dernier de mes interviewés non plus.

J’ai eu en effet la chance, juste ce matin, d’avoir un long entretien avec le Docteur Dieter Pohl, historien de l’Allemagne et de l’Europe de l’Est post-guerre mondiale, mais aussi politologue. Ses réponses ont été claires, anglophones (je me suis promis que j’arriverai à mener ma prochaine interview en allemand!) et très, très intéressantes. Je regrette de ne pouvoir en dire plus aujourd’hui, mais il devra relire le script avant que je puisse le publier. Je révélerai seulement qu’il a un point de vue un peu différent de celui de ses confrères Möller et Frei sur le sentiment actuel des Allemands…mais il y a aussi des recoupements qui ne trompent pas.

Maintenant, comment continuer ? Par où prendre la question tout en se servant des connaissances déjà recueillies? Je ne vais pas faire de pause, mais je pense que je dois pour un moment arrêter l’expertise et reprendre le « terrain » : voir et entendre ce que dit l’Allemagne sur elle-même, pour le confronter aux théories précédentes.

1 commentaire

Classé dans vie du blog

Interview du professeur Bled – La « normalisation » du nazisme est un danger

La question à laquelle répond aujourd’hui Jean-Paul Bled, professeur à la Sorbonne, est la version brute, sans détour de ce qui est l’obsession de ce blog. Le temps passe, avec lui les générations : comment alors doit-on faire avec l’inouï, l’abîme du nazisme qu’on connu les grands-parents des jeunes Allemlands d’aujourd’hui?

J’avais donc décidé de poser la fameuse question du temps qui passe et de son rôle. La réponse apportée par monsieur Bled est sans ambiguïté; j’ajouterai, qu’en c’est en tant que réponse d’historien que cette analyse prend tout son sens.

Ainsi l’inouï doit le rester. L’Histoire n’est donc pas faite pour se répéter, ce qui est rassurant, mais pour s’en protéger les exactions nazies ne devront jamais être traitées différemment  que comme des événements « hors normes ». Au regard d’un historien, cela veut dire qu’il y a là une période qui sort du cadre froid de l’étude des actions humaines, pour rentrer dans l’appréciation morale. La « distanciation » est vue comme un processus subi, et le rappel permanent de l' »anormalité » comme un devoir.

Il semble qu’il y ait dans le nazisme une barrière franchie, un point de « non-retour » au sens propre. Cela veut-il dire que les Allemands devront toujour entretenir le même rapport à leur passé? 

A demain pour la suite de l’interview.

Poster un commentaire

Classé dans histoire, interview

Interview du professeur Möller – Sur l’histoire de la dénazification

C’est à la fin du mois de janvier, vers une heure  de l’après-midi, que le directeur de l’Institut d’Histoire contemporaine de Munich m’a accueilli dans son bureau, au siège de la rue Leonrodstrasse. Le bâtiment respire les années 70, de la décoration jaune-orange au siège ronds, de tableaux d’une savante abstraction faisant face à des parois de ciment laissée volontairement tel quel…et les étudiants s’y pressent. De jeunes chercheurs, absorbé par leur thèse ou respectueux de l’endroit déambulent sans bruit dans le couloir,  se serrent la main et échangent quelques mots parfois, mais rien ne puisse ressembler à un éclat de voix ne se sera fait entendre.

L’entretien, très chaleureux, a duré une heure. Dès le soir, en réécoutant l’enregistrement, j’ai pu m’apercevoir que mes impressions, celles qui ressortent des interviews avec les étudiants, ne sont pas toutes justes. J’ai décidé de commencer le découpage avec la petite synthèse du docteur Möller sur les étapes de la dénazification. Avant l’analyse, la description.

2 Commentaires

Classé dans actualité, histoire, interview

à propos de Munich

Vue Munich 1

Revenons quelques minutes sur l’image de cette ville et la complexité qui la caractérise durant la période nazie :

Lire la suite

Poster un commentaire

Classé dans histoire