4-0

Un rapide billet pour en introduire un autre, dans quelques jours au plus : l’Allemagne a entamé sa coupe du monde hier, avec de l’envie dans les jambes. Bien sûr le bar du coin était rempli, bien sûr les rues ont vibré à chaque envolée de l’étonnant Klose vers les buts d’australiens agressifs mais débordés, mais c’est le fleurissement de drapeaux, des couleurs allemandes brandies à tous les balcons qui aurait de quoi faire disserter sur l’impact du sport sur les symboles nationaux. A ce qu’on m’a dit, à ce que j’ai compris, cet attirail universel du supporter, maquillé, encapé, coiffé aux couleurs de son pays était impensable dans l’Allemagne d’il y a cinq ans. Ne tirons pas non plus de conclusions hâtives, et gardons-nous d’utiliser le terme passe-partout de « décomplexé » : disons seulement que j’ai vu hier un excellent match aux supporters heureux de leur étendard.

Oserai-je tirer sur l’ambulance en ajoutant que l’écart de niveau avec l’équipe de France était si important que je me demande ce qui a bien pu advenir depuis 2006 ?

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans actualité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s