Harald Schmidt et le Nazometer

Avant mon arrivée en Allemagne, une petite histoire m’avait été contée, et a suffisamment éveillé mon intérêt pour que je demande, une fois arrivé, quelques éclaircissements. C’est une anecdote ancienne de quelques années, mais qui a toute sa place ici par la bonne mesure qu’elle donne du chemin parcourus par les citoyens allemands quant aux tabous du passé nazi.

A la fin du mois d’octobre 2007, le très célèbre présentateur de Talk-show Harald Schmidt, accompagné de son acolyte Oliver Pocher, ont décidé d’enrichir leur émission quotidienne sur la chaîne publique ARD, très inspirée du « Daily Show » américain par son thème principal (la politique) et son ton (très ironique), d’un petit appareil en forme de lanterne, surnommé le « nazometer« .

Le nazometer

Harald Schmidt et son nazometer

L’étrange objet était alors présenté comme capable de mesurer, de réagir proportionnellement à la « quantité de nazisme » contenue dans certains mots anodins de la langue allemande. Autobahn (autoroute)? Réaction instantanée!  Wolfsburg (ville créée par Hitler pour accueillir les usines Volswagen)? Léger tressaillement. Gel douche AntiFa (jeu de mots sur la marque « Fa » et le mot l’abréviation du terme Antifasciste)? Nouvel affolement de l’appareil!

Ce moment de l’émission, finalement assez court, va provoquer sur le plateau l’hilarité générale, en raison de la fausse ingénuité de deux partenaires et du rôle de l’appareil qui va incarner une troisième personne, gardien des frontières du politiquement correct, mais aussi témoin imparable d’un passé qu’on ne peut oublier, le voudrait-on de toutes ses forces.

Bien entendu, les réactions politiques ne se sont pas faites attendre : ainsi Peter Boudgoust, président de la Südwestrundfunk (Radiodiffusion du Sud-Ouest) et membre très influent du service de la radiodiffusion allemande, a déclaré de les bornes ne pouvaient pas être ainsi dépassée à la télévision publique, en parlant de « mauvais goût », et une association juive du Bade-Wurtemberg s’est immédiatement déclarée « choquée » … sans autre conséquence qu’un peu de publicité supplémentaire pour l’émission. Car si les journaux on largement couvert la farce, en parlant d’un humour surfant avec les limites, la controverse n’a pas véritablement eu lieu.

La trouvaille du duo Schmidt-Pocher a continué a fonctionner pendant plusieurs mois, servant périodiquement à contrôler les paroles d’invités plutôt amusés, et cela toujours devant une assistance hilare; et l’appareil de connaître une étonnante postérité, se retrouvant même à illustrer les effets du fameux « point Godwin » pour wikipedia. Mais cette transgression par le rire, d’une finesse parfois inégale (Pocher parlera de sa « douche » et de son « four à gaz » pour faire réagir appareil et spectateur),  va au-delà de la simple catharsis : elle est l’illustration par l’absurde d’un phénomène que j’avais évoqué dans ma ballade à Königplatz, le signe qu’une société sortie du totalitarisme, même guérie de ses maux, se retrouve en face des éclaboussures de l’histoire.

On ne pourra jamais, à moins de les détruire, séparer les autoroutes et beaucoup d’autres infrastructures d’outre-Rhin de l’épisode nazi. Impossible aussi de nier les résonances de certains mots pervertis en son temps par la rhétorique hitlérienne. En tournant ce fait brutal, injuste pour les nouvelles générations, en un jeu absurde et bouffon, les deux présentateurs le recouvre d’une couche, d’une patine de ridicule, qui contribue à nettoyer un peu les outrages de l’Allemagne nazie envers elle-même.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans histoire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s